French English

Connexion  

   

Suivez-nous sur  

   

4 ème Dimanche Temps Ordinaire Année B

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Détails

       Frères et sœurs, pour nous qui sommes habitués aux séances d’exorcisme, pour nous qui courons derrière les prières de délivrance, pour nous qui très souvent nous improvisons exorcistes, nous avons, à travers l’évangile qui nous est proposé ce dimanche, un texte fondamental, un texte sur lequel nous aimons généralement nous appuyer.
En effet, nous avons là tous les ingrédients : un possédé, un exorciste qui est Jésus, une parole forte : « Silence ! Sors de cet homme. » Des réactions violentes : « L’esprit mauvais le secoua avec violence et sortit de lui en poussant un grand cri. »
Il nous est arrivé d’être témoins de telles situations, même à l’intérieur de l’église avec des personnes qui subitement tombent, poussent des cris, s’agitent. Nous vous rappelons simplement que la scène de l’évangile se passe, elle aussi, à la synagogue.
Cet évangile nous pousse aujourd’hui à essayer de répondre à certaines questions qui parfois nous dépassent : que signifie être possédé ? C’est quoi la possession ? Qu’est-ce qui caractérise un possédé ? Comment le reconnaît-on ? Sommes-nous à l’abri de tels phénomènes ? Comment faire pour délivrer un possédé ?
Frères et sœurs, qu’est-ce qu’un possédé ? Cette question trouve sa réponse dans ce que dit le possédé lui-même à Jésus : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? » Ce qui est surprenant, c’est que, physiquement, pour ceux qui n’ont que deux yeux, nous voyons un homme seul. Mais au lieu de dire : « Que me veux-tu ? » il dit plutôt : « Que nous veux-tu ? » Il n’est donc pas seul. Mais qui se cache donc derrière ce nous ? Ca peut être une ou des personnes, ça peut être une chose. Il n’est donc pas libre, il est donc aliéné, possédé par autre chose ou par une autre personne, et c’est cela qui le fait parler, ce sont ses intérêts qu’il défend. En disant : « Que nous veux-tu ? », il trahit en réalité l’autre ou les autres qui sont cachés. En réalité, son cri est un appel au secours. Le possédé n’est jamais seul, il y a toujours quelque chose, quelqu’un de caché.
En français, « être possédé », c’est la forme passive, ce n’est pas la forme active. Il ne possède rien, c’est lui qu’on possède, il est passif, il est commandé par autre chose. C’est cela être possédé. Il est une victime. D’ailleurs, dans certaines situations, c’est d’autres voix qui sortent de la personne.
C’est pourquoi, derrière les grimaces et les cris, Jésus reconnaît le visage malheureux et souffrant d’un enfant de Dieu qui crie au secours. C’est pourquoi, il ne s’adresse pas à la victime, il s’adresse plutôt au bourreau : « Silence, sors de cet homme. »
Frères et sœurs, sommes-nous vraiment libres ? Ne sommes-nous pas nous aussi enchaînés, possédés ? Il s’agit pour nous, en ce dimanche où Jésus veut briser tout ce qui est en nous et qui nous emprisonne, de prendre conscience de nos chaînes : l’argent peut nous enchaîner au point de paralyser, de fermer nos cœurs et nos mains. Le pouvoir peut être une chaîne, le tribalisme peut être une chaîne qui nous empêchera d’accueillir l’autre, la jalousie est une prison, la haine est une prison. Et même des choses apparemment bonnes peuvent nous maintenir en esclave : notre travail peut être une chaîne, nos amitiés… Autant de choses qui très souvent nous possèdent et qui font qu’en réalité, nous ne sommes pas seuls et ne parlons pas toujours en notre nom personnel, ce sont ces choses qui nous commandent.
Nous sommes tous possédés par une personne, une chose. Et quand cette chose est menacée, nous devenons violents, exactement comme un possédé. Quand vous voyez quelqu’un sortir de son calme habituel, sachez que son démon a été démasqué ou qu’il est menacé. Jésus nous invite donc à sortir de cette complicité avec le mal. On ne doit pas être complice avec ce qui nous emprisonne, qui nous tient en esclave.
Frères et sœurs, qui de nous n’a pas éprouvé de résistances devant les exigences de l’évangile, surtout quand cet évangile, cette parole, ce regard vient nous débusquer dans notre complicité secrète avec les ténèbres. Parce qu’évidemment, Jésus ne pourra que nous perdre.
Il y a des gens qui n’aiment pas quand on parle de certains sujets, de certaines choses les concernant, avec qui il est interdit d’aborder certains sujets, qui n’aiment pas qu’on s’attaquent à leurs démons, p leurs habitudes, à leur vie, des gens qui vivent d’interdits de toutes sortes, alimentaires ou autres. Ils ne sont pas libres, or, celui qui n’est pas libre est possédé, il est enchaîné. L’exorcisme est en réalité une libération.
Et dans notre rencontre avec Dieu, il faut bien accepter perdre quelque chose. Mais l’esprit mauvais ne veut rien perdre : « Es-tu venu pour nous perdre ? » Et celui ou celle qui n’arrive pas à se livrer totalement à la parole de Dieu montre des signes évidents de possession. Celui qui dans la vie n’accepte jamais la contradiction, d’être remis en cause, celui qui n’accepte que ce qu’il veut entendre, montre des signes évidents de possession. Et nous sommes nombreux à être possédés.
Frères et sœurs, comment faire pour délivrer ou pour être délivrer ? Libérer quelqu’un, le sauver, ce n’est pas lui dire seulement ce qu’il veut entendre, ce que son démon intérieur veut entendre, c’est parfois le bousculer quand c’est nécessaire, aller contre ces démons qui sont dans son cœur, dans sa vie, et qui l’emprisonnent. Evidemment ils ne seront pas contents, ils vont vous agresser parce qu’ils seront en danger, mais ne reculez pas. En réalité, il ne s’agit pas de nous fâcher contre ces personnes ou de leur en vouloir, il s’agit de nous attaquer à ce qui les maintient enchaînées.
Et la personne qui nous libère n’est pas celle qui nous flatte, qui nous caresse dans le sens du poil, qui ne veut jamais nous mettre en colère. Les personnes les plus gentilles ne sont pas toujours les plus utiles, libératrices, parce qu’elles passent le temps à caresser et à entretenir notre démon intérieur. Par contre, ce sont les personnes qui nous bousculent, qui s’opposent à nous, à nos façons de faire et ceci de façon honnête, juste et charitable, ce sont ces personnes-là qui nous libèrent vraiment. Le problème est que ces personnes-là, nous ne les aimons pas toujours.
On court derrière les faux exorcistes qui vont alimenter notre démon de la haine et de la jalousie en nous disant que c’est telle ou telle personne qui vous en veut, alors qu’on fuie les vrais exorcistes qui dénoncent les choses cachées dans notre vie. En réalité, il faut le savoir, on court parfois derrière les exorcistes auto proclamés et on en ressort plus possédés qu’avant. Ils nous disent ce que nous voulons entendre, ils nous font détester ceux que nous n’aimons pas, jamais ils ne remettront en cause notre vie, notre comportement, ils passent le temps à renforcer le démon qui est déjà installé. Faisons attention ! Ne pas dire la vérité qui dérange, ou perpétuer le mensonge qui arrange, c’est faire le jeu du démon, et beaucoup d’exorcistes que nous aimons beaucoup font le jeu du démon. Dans la première lecture, le Seigneur les met en garde : « Un prophète qui oserait dire en mon nom une parole que je ne lui aurais pas prescrite oui qui parlerait au nom d’autres dieux, ce prophète-là mourra. » Aujourd’hui beaucoup d’exorcistes se font aussi appeler prophètes.
Pour libérer un possédé, il faut, comme Jésus, être une personne d’autorité. « Voilà un enseignement nouveau proclamé avec autorité. Il commande même aux esprits mauvais et ils lui obéissent. » Et son autorité ne vient pas de ce qu’il dit, mais de sa vie, de ce qu’il fait, de son intégrité. Une vie intègre, juste et honnête bouscule tous ceux qui sont complices du mal, elle leur fait mal. Mais si votre vie elle-même n’est pas différente du démon, si elle est une photocopie de celle du démon, il aura forcément du pouvoir sur vous parce que l’original est toujours préférable à la photocopie. Nous sommes faibles devant le démon, devant le diable, parce que nous ne sommes autre chose que sa photocopie. Soyons enfants de Dieu, vivons en enfants de Dieu et le démon s’en ira en nous et autour de nous.

Ajouter un Commentaire


   

Agenda  

juin 2016
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
   

Informations Pratiques  

   

Visiteurs  

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats