French English

Connexion  

   

Suivez-nous sur  

   

Dimanche 12 février 2017. 6ème dimanche du temps ordinaire. A.

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Détails

Textes : Si 15, 15-20 ; Ps 118 ; 1Co 2, 6-10 ; Mt 5, 17-37

Frères et sœurs, en ce 6ème dimanche du temps ordinaire, nous continuons à lire et méditer le « Sermon de Jésus sur la montagne » dans l’évangile de saint Matthieu. Rappelons-nous que, nous avons déjà lu et médité dans ce Sermon lesBéatitudes comme les chemins du bonheur chrétien et la révélation de l’être chrétien comme le sel et la lumière du monde. Aujourd’hui, toujours dans le même Sermon, nous méditons sur la Loi nouvelle de Jésus.

Pour introduire la Loi nouvelle, Jésus commence par dire qu’Il n’est pas venu pour abolir la Loi et les Prophètes, les deux parties essentielles de la Bible juive. Il est venu pour les accomplir. Il est venu pour les achever.

Frères et sœurs, en disant cela, Jésus nous fait comprendre qu’Il n’est pas un progressiste qui veut tout changer pour répartir à zéro, comme si le passé n’existait pas. Mais, Jésus n’est pas aussi un traditionnaliste qui ne veut rien changer, comme si le passé était parfait. Il est l’exemple parfait de la synthèse entre le passé et le présent, entre le traditionalisme et le progressisme. Pour Jésus, tradition et progression ne s’opposent pas. Elles se complètent. En témoigne, l’évangile de ce jour.

Comme nous avons dit, pour Jésus, il n’est pas question d’abolir la Loi et les Prophètes, ni de les conserver tel qu’ils sont. Il faut les donner un sens nouvel, une interprétation nouvelle, une interprétation plus correcte, une interprétation plus profonde, une vie nouvellede la Loi et les Prophètes, dans l’esprit de l’accomplissement ou bien d’achèvement.En fait, les lois de l’Ancienne Alliance ne sont pas caduques. Elles sont servies pour les biens du peuple juif. Mais elles peuvent être servies aussi pour les chrétiens tout en donnant les sens nouveaux. Ainsi, avec Jésus et pour ses disciples, la Loi n’est plus comme de code moral d’interdit et de permis. Elle est devenue par la nouvelle interprétation de Jésus la Loi de l’amour. Donc, la nouvelle de Jésus est la loi de l’amour.

Dans l’évangile de ce jour, Jésus se centre sur trois lois qui régissent notre relation interpersonnelle : la loi sur la violence, la loi sur la sexualité et la loi sur la vérité.

La loi sur la violence : frères et sœurs, la Loi condamne le meurtre. Nous même, nous savons que le meurtre est un péché grave. Mais pour Jésus, le meurtre n’est que l’aboutissement de nos colères contre nos frères et sœurs ; le meurtre n’est que l’aboutissement de nos insultes sur nos frères et sœurs ; le meurtre n’est que l’aboutissement de nos malédictions sur nos frères et sœurs. Nos colères, nos insultes, nos malédictions créent et intensifient nos agressivités, les conflits avec nos frères et sœurs. Nos colères, nos insultes, nos malédictions pourrissent nos cœurs. Nos colères, nos insultes, nos malédictions tuent déjà moralement, psychologiquement, spirituellement et parfois physiquement nos frères et sœurs. Frères et sœurs, la colère, l’insulte et la malédiction avant le meurtre, sont condamnéespar Jésus. C’est pourquoi, avant de prier, avant de célébrer l’eucharistie, Jésus nous invite à nous réconcilier avec ceux qui nous sommes en colère, avec ceux qui nous avons insultés, avec ceux qui nous avons maudis.

En fait frères et sœurs, grâce à la loi nouvelle, à la loi d’amour de Jésus, ceux qui aiment ne se fâchent pas contre leurs prochains. Ceux qui aiment n’insultent pas leurs prochains. Ceux qui aiment ne maudissent pas leurs frères et sœurs.

La loi sur la sexualité : ici frères et sœurs, il faut comprendre que la société de Jésus était une société masculine. Et pour cette loi, Jésus s’est adressé de manière particulière aux hommes. Mais dans notre société où l’homme et la femme jouissent la même dignité, il faut lire ce passage en réciprocité. « Toute femme qui regarde un homme et le désire, a déjà commis l’adultère avec lui dans son cœur». « Tout homme qui regarde une femme et la désire, a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur ».Frères et sœurs, Jésus nous dit que nos regards malsains entrainent nos cœurs à pêcher. D’ailleurs, si nous aimons suffisamment, nous allons aimer nos prochains comme nos frères et sœurs. Nous n’allons pas penser et prendre nos frères ou nos sœurs comme des objets de désirs qui ne peuvent qu’assouvir nos désirs souvent irréguliers et démesurés.

La loi sur la vérité : frères et sœurs, nous savons très bien qu’il n’est pas facile de communiquer entre nous en toute vérité. Et cette difficulté de communiquer sincèrement entre nous complique notre vivre ensemble. Le faux, le mensonge gagnent nos relations. En effet, nos rapports sont corrompus par les faux-semblants. Nos communications sont viciées par les mensonges. Nous avons du mal à dire oui ou non. C’est pourquoi, par la loi de l’amour, Jésus nous invite à mettre la vérité dans nos dialogues, dans nos communications.Soyons vrais. Il nous invite à donner valeur à nos paroles. En fait, si nous disons la vérité, il est inutile pour nous de chercher une garantie extérieure dans un serment pour être crédible.

Frères et sœurs, les lois nouvelles de Jésus sont les lois de l’amour. L’esprit qui anime ses lois est l’amour. Si nous aimons frères et sœurs, nous respectons ses lois. Et nous pouvons faire tout ce que nous voulons faire. Comme saint Augustin nous dit : « Aime et fais ce que tu veux ». Celui ou celle qui aime ne se fâche pas contre ses frères et sœurs ; n’insulte pas, ne maudit pas ses frères et sœurs ; n’a jamais une pensée malsaine sur l’autre ; ne mens pas, il ou elle dit toujours la vérité. « Aime et fais ce que tu veux ». 

Ajouter un Commentaire


   

Agenda  

décembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
   

Informations Pratiques